Toutes les actualités

Ralph and Merel singing on stage in Caux header by Justin Makii

Une Néerlandaise, entrepreneur social, prend des risques pour la Colombie

Mardi, 26. juillet 2016

Une Néerlandaise, entrepreneur social, prend des risques pour la Colombie

Merel Rumping, originaire des Pays-Bas, est passionnée de voyage depuis son tout jeune âge. Elle a obtenu son master en relations internationales aux Pays-Bas et a étudié les sciences politiques en France avant de travailler à l’ambassade néerlandaise du Maroc. Elle a travaillé avec des enfants des rues et des enfants soldats en Colombie. Là-bas elle a commencé à travailler avec une agence de micro-financement, appelée Banco Mundial de la Mujer (Banque mondiale pour la femme), à travers laquelle elle a découvert le potentiel de l’entrepreneuriat social.

Merel RumpingDe retour aux Pays-Bas, elle travaille désormais avec ProPortion, une agence conseil pour organisations non gouvernementales et entreprises à but non lucratif, spécialisée dans la création et le soutien aux entreprises sociales, tout en lançant ses propres entreprises sociales dans les économies émergentes. En mai 2014, elle a fondé LegBank dont l’objectif est de fournir des prothèses faciles à utiliser aux victimes de mines antipersonnel et autres amputés en Colombie et ailleurs.

S’adressant aux participants de la conférence de Caux Confiance et intégrité dans une économie mondialisée (TIGE) le 7 juillet, elle s’est exprimée avec la chaleur, l’enthousiasme et la générosité que TIGE encourage et promeut. Participant régulièrement aux conférences de Caux ces dernières années, Merel a eu une conversation sur la nécessité des prothèses lors de la conférence TIGE de 2013. Une idée lui est alors venue à l’esprit, basée sur son expérience dans l’agence de micro-financement, et les avantages qu’apporte la suppression des coûts initiaux, parallèlement à ses nouvelles connaissances sur l’étendue du problème.

Plus de 30 millions de personnes dans le monde entier ont besoin de prothèses mais n’y ont pas accès, des statistiques qui ont choqué le public à Caux. Merel a expliqué le concept de LegBank, dont la mission est de « faciliter l’accès aux prothèses bon marché de qualité pour les amputés aux faibles revenus dans les économies émergentes ».

Sensibilisant les étudiants de l’Université technique de Delft, elle a reçu le soutien bénévole de six étudiants qui l’ont aidée à localiser et à étudier le problème. Ils ont découvert que le diabète, les accidents de voiture et les mines antipersonnel étaient les causes majeures des amputations en Colombie. C’est un pays qui a un taux de victimes de mines antipersonnel parmi les plus élevés au monde, suite à la guerre civile la plus longue du monde, qui avait commencé dans le milieu des années 1960 et qui ne s’est terminée que récemment.

Quarante pour cent des amputations en Colombie sont effectuées en-dessous du genou. La qualité des prothèses est la clé et les normes actuelles des emboîtures sont intrinsèquement liées aux méthodes de production. Les résultats sont souvent aussi divers que les personnes créant les emboîtures. L’accès aux prothèses est entravé par le temps, la qualité et la certification. De plus, les victimes ne sont pas toujours couvertes par les assurances-maladie, ou seulement pour la prothèse elle-même et non pas pour les déplacements jusqu’aux centres, qui peuvent être longs et coûteux.

Se concentrant sur le sujet, Merel et son équipe avaient besoin d’une étude de cas. Ils ont trouvé un petit village en Colombie au nombre stupéfiant de 300 victimes de mines antipersonnel, nombre d’entre elles amputées et ayant besoin d’une prothèse. À l’heure actuelle, cela peut prendre jusqu’à deux ans pour en recevoir une – un facteur préjudiciable aux vies de la plupart des habitants en milieu rural. L’objectif est ainsi devenu clair : amener la production près des zones rurales, accélérer le processus et fabriquer des prothèses de meilleure qualité.

Ralph Bijvoet

En coopération avec l’Université de Strathclyde à Glasgow, l’équipe a créé le premier prototype de l’unité de production de l’emboîture Majicast en janvier 2015. Majicast, inventé par le Dr Arjan Buis et développé par l’agence de design Reggs, est un dispositif qui réduit le temps de production pour créer une emboîture confortable sur mesure presque immédiatement. Ce dispositif est plus facile à utiliser et permet d’obtenir un produit toujours de plus haute qualité. Suite à la production réussie des prothèses Majicast, Merel et son équipe ont déterminé à quels endroits fournir leurs services orthopédiques dans les zones en ayant le plus besoin.

Afin de pouvoir développer leurs opérations, ils avaient désormais besoin de capital. Merel a essayé de convaincre Bill Gates d’investir dans LegBank mais c’est Google qui a décidé d’investir dans cette solution innovatrice. Avec un investissement de 1 million de dollars de la part de Google, le projet à démarré en flèche.

Et maintenant ? La dernière version de Majicast est en train d’être finalisée et l’objectif est de fournir des services orthopédiques dans trois zones rurales, notamment grâce à la construction d’au moins un centre orthopédique, le premier ouvrant ses portes en mai 2017.

L’exposé de Merel à Caux était celui d’une idée au concept simple mais à l’impact puissant, faisant prendre conscience au public du caractère vraiment passionnant de ce projet.

Après avoir parlé de LegBank, Merel Rumping nous a offert un concert enchanteur de Fado portugais, elle-même au chant, avec son guitariste Ralph Bijvoet qui, avec le guitariste Antonio Carlos Costa, forme le groupe Palpita. Ils ont reçu une standing ovation à la fin, à la fois pour le concert et pour l’histoire de Merel.

Rapport de Sophia Schwer

Photos de Justine Makii

Traduction par Marie-Louise Bautista