Actus

Kiev - the old and the new
Kiev - the old and the new

L’Ukraine en première ligne de la démocratie

Mardi, 10. mai 2016
Author: 
L’Ukraine se trouve au sein d’une bataille cruciale pour l’Europe

En novembre 2013, des centaines de milliers d’Ukrainiens prirent le centre de Kiev en otage et y restèrent tout l’hiver. Leur cri de ralliement était : « Nous voulons des valeurs européennes ». Ce qu’ils voulaient dire c’est qu’ils voulaient des élections qui traduisent la volonté du peuple plutôt que celle des oligarques, des tribunaux qui prennent des décisions fondées sur la loi plutôt que sur la corruption, des écoles destinées à l’éducation plutôt qu’à la propagande.

Anton Iemelianov, a journalist who reported from the front line during Ukraine's Maidan revolution, shows Ashley Muller a memorial to one of the 67 people killed by snipers in February 2014.

Anton Iemelianov, journaliste de première ligne lors de la révolution ukrainienne de Maïdan, montre à Ashley Muller un mémorial en l’honneur d’une des 67 personnes tuées par des tireurs d’élite en février 2014.

Pendant quatre mois, ils ont résisté à tout ce que le régime leur a fait supporter, jusqu’à ce que le Président accepte la défaite et prenne la fuite en Russie. La Russie a alors envahi la Crimée et a soutenu la rébellion dans l’Est de l’Ukraine, déclenchant un conflit qu’ont fui 1,6 million de personnes et qui fait encore des victimes chaque jour.

Malgré la tâche immense que suppose la défense de leur pays, les Ukrainiens font des progrès pour établir des « valeurs européennes ». Mais tel que nous l’a déclaré Hanna Hopko à moi et à mon collègue Ashley Muller le mois dernier, bien qu’il soit difficile de renverser un mauvais régime, il est encore plus difficile d’en construire un meilleur.  

Hanna est la présidente de la Commission des affaires étrangères du Parlement ukrainien. Hanna et ses collègues réformateurs ont créé un certain nombre de lois pour lutter contre la corruption, et ont persuadé le Parlement de les approuver. Grâce à cela et à l’engagement de nombreuses personnes et organisations en Ukraine et ailleurs, de nouvelles méthodes ont été mises en place. Mais d’autres parties aux intérêts solidement enracinés s’y opposent et il reste beaucoup à faire.

Hanna consacre une grande partie de son temps à aider les communautés à découvrir des manières efficaces de soutenir les réformes. Elle était une des personnes qui ont inspiré le mouvement communautaire « Switch On » qui lutte maintenant contre la corruption dans un certain nombre de villes.

Members of the Foundations for Freedom network with John Bond in Kiev, (l to r) Oleksa Stasevych, John Bond, Kostiantyn Ploskyi, Vladyslava Kanevska, Angela Starovoytova

Membres du réseau Foundations for Freedom (Fondations pour la liberté) avec John Bond à Kiev, (de gauche à droite) Oleksa Stasevych, John Bond, Kostiantyn Ploskyi, Vladyslava Kanevska, Angela Starovoytova

Le réseau Foundations for Freedom soutient également les réformes. Ce réseau est né d’un stage de formation mis au point par l’architecte britannique Eric Andren et des collègues d’Initiatives et Changement (I&C) au moment où l’Europe de l’Est ouvrait ses portes au monde suite à la chute du mur de Berlin. Le stage de 10 jours explorait les origines morales et spirituelles de la démocratie et le rôle de la responsabilité individuelle.

Cette formation aida de nombreux Européens de l’Est à découvrir comment ils pouvaient contribuer à développer une gouvernance équitable et démocratique. Il y eut en tout environ 3 000 participants. Nombre d’entre eux assistèrent ensuite aux conférences d’I&C à Caux en Suisse, Asia Plateau en Inde, et ailleurs. Ils ont encouragé la génération suivante à découvrir ce qu’Initiatives et Changement a à offrir, et aujourd’hui les Européens de l’Est jouent un rôle important dans son travail aux quatre coins du monde.

En Ukraine, ils contribuent au bien-être du pays de diverses manières. Certains développent une nouvelle législation parlementaire. D’autres organisent des séminaires sur la gouvernance éthique, et une « école de bonne gouvernance » vient d’être créée à Kiev. D’autres s’occupent de réfugiés ayant fui l’Est de l’Ukraine et la Crimée.

Nombre d’entre eux participent à un programme de dialogue entre Ukrainiens de différents milieux, créé lorsque deux jeunes femmes, l’une du Sud de l’Ukraine et l’autre de l’Ouest de l’Ukraine, se rencontrèrent dans un programme d’I&C en Inde. Chacune avait une vision différente de leur histoire nationale, ce qui provoqua un conflit entre elles, puis les mena progressivement vers la compréhension et le pardon.

Lorsqu’elles rentrèrent chez elles, elles lançèrent « Ukrainian Action: Healing the Past » (Action ukrainienne : guérir le passé) qui, depuis les six dernières années, a recruté plusieurs centaines d’Ukrainiens pour promouvoir la compréhension malgré les divisions profondes de leur pays, en particulier à travers le dialogue. Au cours des derniers mois, des dialogues ont été tenus dans de nombreuses régions, certaines d’entre elles proches de la frontière avec l’Ukraine de l’Est.

Ceci est un travail crucial, et pas seulement pour l’Ukraine. Partout en Europe, en raison de la crise économique et de la migration à grande échelle, la démocratie est sous pression. Et c’est particulièrement vrai pour l’Europe de l’Est où la démocratie reste fragile. Si la démocratie se révélait être un échec en Ukraine, d’autres pays suivraient.

Les divisions entre les Ukrainiens de l’Est et le reste du pays déstabilisent l’Ukraine. Plus cette division sera vite réglée, plus l’Ukraine sera capable de se défendre. Plus vite l’Ukraine viendra à bout de la corruption, plus vite la justice et la démocratie seront en mesure de prospérer.

Initiatives et Changement offre son soutien international dans cette tâche. Chaque année, de nombreux Ukrainiens contribuent aux conférences de Caux et d’Asia Plateau, et des intervenants de Caux et d’Asia Plateau contribuent à des forums en Ukraine. Ceci permet une importante fertilisation croisée d’idées et d’expériences, qui doit continuer et s’accroître pour le bien de l’Europe dans son intégrité.

Traduction par Marie Louise Bautista