Actus

William Morris, Kelly Burks and Imad Karam at the launch of "The man who built peace" in the British Parliament.

Rendre Frank Buchman au monde

Vendredi, 22. juin 2018
Author: 

 

Un film documentaire primé sur Frank Buchman, initiateur du mouvement aujourd’hui connu sous le nom d’Initiatives et Changement, a été lancé au Parlement britannique cette semaine, puis a une grande audience publique au centre de Londres. Produit par les cinéastes Imad Karam et Kelly Burks, L’homme qui a construit la paix a déjà obtenu cinq primes internationales.

Animant le lancement au parlement, le Duc de Montrose a dit, « Frank Buchman avait l’objectif de refaire le monde, et ce n’est possible de comprendre sa vie que dans le contexte de cet objectif. Ce film se concentre particulièrement sur sa contribution à guérir les animosités après la Deuxième Guerre Mondiale, [contribution] pour laquelle il a été décoré par la France, l’Allemagne, le Japon et les Philippines. »

Carolyn Hayman, co-fondateur de Peace Direct, a introduit le film aux Membres de Parlement, assistants de recherche et autres présents. « Buchman faisait partie d’une cohorte de leaders extraordinaires, parmi lesquels j’inclus Mahatma Gandhi, Badshah Khan (connu comme le Gandhi de la frontière), Martin Luther King et Leymah Gbowee, lauréate du prix Nobel, qui a mobilisé les femmes du Libéria dans la création de la paix. Ce sont les étoiles du monde du maintien de la paix.

« Mais de la même manière qu’on voit des millions de petites étoiles dans le ciel, partout dans le monde les gens construisent la paix dans leur conflits locaux, utilisant les techniques auxquelles adhérait Buchman – la transformation personnelle et la connaissance de soi comme le début de la transformation de la société, l’écoute patiente, l’empathie, et un vrai désir de comprendre comment apparait le monde de l’autre point de vue. »

Deux jours plus tard, 270 personnes ont assisté au lancement public au Royal Geographical Society, dont des diplomates de plusieurs pays. Kelly Burks, coproducteur du film, a ouvert la soirée avec ces mots : « Chaque porte fermée, où que ce soit dans le monde, est fermée dans l’absence d’amour. C’est notre responsabilité collective d’ouvrir ces portes partout dans le monde, d’une manière pleine d’amour. »

William Morris, secrétaire général de la Next Century Foundation, a introduit le film, et nous a raconté ce que le film lui avait enseigné. Quand il l’a vu pour la première fois, Morris était dans une dispute amère avec un fiduciare de la fondation. Suivant l’exemple de Buchman, il a reconnu que son amertume et attitude moralisatrice faisaient partie du problème, et a écrit une lettre d’excuses [au fiduciaire]. La dispute a fini amicalement.

Après la projection, un homme d’âge moyen s’est levé. « Jusqu’à cette année je purgeais une peine à vie pour un cambriolage à main armée, a-t-il dit. J’étais un alcoolique et un drogué, un homme brisé. Alcooliques anonyme m’a aidé. J’ai imploré Dieu, et le message que j’ai eu était que je devais me purifier. J’ai commencé à pratiquer les principes d’AA – dont Buchman est à l’origine – et j’ai trouvé la sérénité. D’autres personnes étaient attirées par ce que j’avais trouvé, et elles ont commencé à devenir sobres. Maintenant j’ai retrouvé mes petits-enfants, et une vie décente. Pour moi, tout ce qui compte c’est de transmettre cette mode de vie, en commençant avec les jeunes. »

Un député du Parti travailliste de la Chambre des Lords a dit qu’il était « extraordinairement reconnaissant » pour le film, avec son message de « se tourner vers l’intérieur de soi-même dans le silence, et d’attendre la venue d’une réponse ». « Comment devons-nous utiliser ce film, a-t-il demandé, pour amener ce message à une société qui nous encourage à avoir une attitude de chacun pour soi ? »

Amina Dikedi du Nigéria, qui a rencontré I&C quand elle était une jeune femme, a raconté comment ceci l’a permis de guérir une relation tendue avec son père. Maintenant Président de l’ONG Artisans de Paix, elle aide des femmes dans beaucoup de pays à trouver les compétences de la construction de paix. « Aujourd’hui le travail que Buchman a commencé est plus pertinent que jamais auparavant. »

La chef des Programmes de Communauté à I&C Royaume-Uni, Amina Khalid, a partagé sur son travail indispensable sur les agressions au couteau et la radicalisation dans les communautés londoniennes, et a montré comment les méthodes de construction de la paix et de réconciliation exposées dans le film sont utilisées aujourd’hui. Elle a aussi parlé de l’engagement d’I&C dans le but de trouver des moyens de résoudre la crise des réfugiés en Grande Bretagne et en Europe.

Pour conclure la soirée, Dr Karam, le réalisateur, a dit qu’il a décidé de faire le film « parce que Buchman n’est pas assez connu aujourd’hui, et je voulais le rendre au monde ». Et particulièrement à la communauté d’Initiatives et Changement, de laquelle il fait partie. « Dans e pays comme dans d’autres, il y a un manque flagrant de leadership moral, il a dit, et je ne pense pas que nous sommes prêtes au défi. Ce film peut nous aider à trouver l’inspiration dont nous avons besoin pour s’étendre comme une force du bien dans le monde. »