MENU

T shirts at Interfaith Week in London
Réflexion sur le pardon et la spiritualité avec la Mosquée centrale de Londres et le Centre culturel islamique
Jeudi, décembre 17, 2015
Author: 

The audience at Interfaith Week« À travers le processus du pardon, on démystifie l’autre et cette personne devient plus humaine, comme le démontre ce film », a déclaré un membre du public lors de l’évènement organisé le 19 novembre par Initiatives et Changement (I&C) avec la Mosquée centrale de Londres et le Centre culturel islamique.

Plus de 40 personnes se sont rassemblées à St George’s Square dans le centre de Londres pour célébrer Interfaith week, la semaine interreligieuse (15-21 novembre 2015). Cet évènement était centré sur le partage de connaissances sur les différentes traditions religieuses. Un leader de chaque religion a eu l’opportunité de s’exprimer sur le pardon et la patience. Les intervenants comprenaient la Baronne et Rabbin Julia Neuberger (Rabbin principal de la synagogue de l’ouest de Londres et membre indépendant de la Chambre des Lords), le Dr Alhagi Drammeh (Coordinateur Interfaith de la Mosquée centrale de Londres) et le Révérend Lusa Nsenga-Ngoy (Vicaire de St Aidan’s, Gravesend et conseiller de l’Évêque de Rochester sur les questions liées aux anglicans de minorité ethnique).

Howard Grace introducing Initiatives of Change’s award winning film ‘Beyond Forgiving’ Howard Grace (I&C) a présenté le film récompensé Au-delà du pardon (Beyond Forgiving). Howard a parlé du temps qu’il a passé en Afrique du Sud lorsqu’il y travaillait avec sa femme Maria, soutenant des amis de toutes les races qui travaillaient avec I&C pour créer un changement empreint de paix dans le système de l’apartheid.

Howard a souligné le message universel offert par Au-delà du pardon, particulièrement significatif aujourd’hui, après les attaques de Paris et de Beyrouth qui ont eu lieu juste quelques jours avant l’évènement. « Quelle est la réponse du monde à ces attaques ? Les protagonistes du film, Ginn et Letlapa, dans un contexte différent, donnent une réponse » a-t-il déclaré.

Au-delà du pardon est un film touchant, un film sur une tragédie personnelle, les tensions politiques, la diabolisation et, surtout, la réconciliation, la patience et le pardon dans une situation de combat extrêmement difficile. Il s’agit d’un documentaire plein d’espoir et d’inspiration, des qualités extrêmement importantes de nos jours, tel que le public l’a confirmé, alors que l’espoir disparaît peu à peu et que le désespoir plane lourdement sur le monde.

Après la projection, les sujets évoqués par le film ont été explorés et des questions ont pu être posées aux intervenants sur l’interprétation et la compréhension des idéaux divins. Après avoir vu le film, une dame dans le public a déclaré : « Je suis musulmane, visiblement musulmane, et je me sens vulnérable chaque jour. Nous avons tous besoin d’une compréhension plus profonde et de plus de tolérance envers les gens qui sont différents de nous, tel que le montre ce film ».

Speakers included Rabbi Baroness Julia Neuberger (Senior Rabbi at West London Synagogue and cross bench member of the House of Lords), Dr Alhagi Drammeh (Interfaith Coordinator London Central Mosque) and Reverend Lusa Nsenga-Ngoy (Vicar of St Aidan’s, Gravesend and advisor to the Bishop of Rochester on Minority Ethnic Anglican concerns).

Les trois chefs religieux ont initié une séance d’analyse spirituelle marquée par le dialogue, le partage de textes sacrés des différentes traditions religieuses et l’utilisation de ces textes comme guides sur le pardon et la patience.

Les intervenants comprenaient la Baronne et Rabbin Julia Neuberger (Rabbin principal de la synagogue de l’ouest de Londres  et membre indépendant de la Chambre des Lords), le Dr Alhagi Drammeh (Coordinateur Interfaith de la Mosquée centrale de Londres) et le Révérend Lusa Nsenga-Ngoy (Vicaire de St Aidan’s, Gravesend et conseiller de l’Évêque de Rochester sur les questions liées aux anglicans de minorité ethnique).

Le premier à s’exprimer a été le Dr Drammeh, expert dans différentes spécialités académiques dans le domaine des lettres, et ayant suivi un cursus en sciences politiques et études islamiques, en particulier la pensée islamique. « Pour moi, le pardon signifie l’élimination du droit de vengeance. Si Nelson Mandela avait voulu se venger, où en serait l’Afrique du Sud maintenant ? Dans ma religion, vous pardonnez pour l’amour de Dieu. » Le Révérend Nsenga-Ngoy, s’exprimant d’un point de vue chrétien, a déclaré : « Le pardon consiste à se réconcilier avec Dieu et avec les autres, à mettre l’autre dans notre cœur. Il s’agit de prendre soin des relations et de la guérison. » « Nous cherchons tous le pardon de Dieu. Il s’agit d’un voyage spirituel profond dont nous avons besoin, je pense, en tant qu’humains » a ajouté le Rabbin Neuberger.

De nombreuses similitudes sur le pardon ont été mises en valeur dans toutes les traditions religieuses, avec cependant de légères différences. Le Rabbin Neuberger a déclaré que « les juifs ne croient pas que l’on puisse pardonner au nom des autres. J’ai donc du mal à accepter que dans le film, Ginn pardonne Letlapa au nom de sa fille. » Neuberger a raconté au public l’histoire d’une victime de l’Holocauste qui « a pardonné » un homme en partie responsable de la mort de 300 000 personnes. « De nombreux juifs ne pouvaient l’accepter. La victime pouvait lui pardonner, mais pas au nom des autres. »

T shirts at Interfaith Week in London

Neuberger a souligné la différence significative entre réconciliation et conciliation, comme le présente le film. La conciliation est unilatérale, tandis que la réconciliation signifie que les deux côtés sont en paix. « Je pense que Ginn « commence à accepter » plutôt que « pardonner ».

« Nous devons tous transmettre les valeurs du pardon et de la patience à nos enfants, dans les communautés et en politique, et les pratiquer nous-mêmes » a déclaré Drammeh.

Un membre du public a demandé aux intervenants : « Comment se situent la réconciliation et le pardon par rapport à la justice et au châtiment ? Lusa a répondu que le salut dépend de la guérison et de la repentance, et Neuberger a déclaré : « Vous devez faire face à la justice, cela en fait partie. Ce sont deux choses différentes mais qui sont inséparables ».

Les membres du public se sont ensuite divisés en petits groupes pour partager leurs expériences personnelles en matière de patience et de pardon, et ce qui les a frappés sur les passages évoqués par les intervenants et dans le film. Pour nombre d’entre eux, il s’agissait d’un avant-goût de l’étude des Écritures, une source de stimulation d’histoires et une occasion de réfléchir et de comprendre. La soirée a mis en valeur l’importance du partage d’histoires et d’un dialogue constant pour guérir et développer l’empathie.

Initiatives et Changement et la Mosquée centrale de Londres vont planifier un évènement de suivi pour le printemps 2016, avec la projection du film d’I&C L’imam et le pasteur, un autre documentaire récompensé d’I&C, qui offre un message d’espoir au monde.

Avec nos remerciements sincères à l’église de St Georges, à la Fondation Nehemiah et à la synagogue de l’ouest de Londres pour leur générosité et leur contribution qui ont rendu cet évènement possible.

Traduction par Marie-Louise Bautista